Collège Etienne de Flacourt
Collège Etienne de Flacourt
Etablissement Français - TULEAR
Etablissement Français - TULEAR

Premier degré - Activités pédagogiques

COURS MOYEN 2 (2014-2015)

  • Activité 1: Keith Haring

  • Activité 2: Le Malin

  • Activité 3: Outils sur le plurilinguisme

  • Activité 4: Sortie St Augustin

Keith Haring, né en 1958 et mort en 1990 à l’âge de 31 ans à New York, est un artiste, dessinateur, peintre, sculpteur et activiste américain des années 1980.


 

 

Keith commence à dessiner à la craie blanche sur les panneaux publicitaires dans le métro de New-York. Il touche ainsi beaucoup de gens car le métro est un lieu très fréquenté.

 

 

 

Il est influencé par le graffiti.
Il peint souvent en musique et est influencé par la musique Break et le Smurf.

Keith Haring est un artiste du réel. Il trouve son inspiration dans la ville de New York et est influencé par les artistes de l’East Village.

Un artiste engagé:


Keith se bat contre l’usage de la drogue. Ici, le serpent symbolise le mal, la drogue en l’occurrence. Les silhouettes ont des croix sur le corps, ce sont des cibles ; elles ont été touchés ou peuvent l’être. Attention !

Le monstre à la tête d’écran. Les silhouettes qui chevauchent la bête n’ont plus de tête, elles ne peuvent plus réfléchir par eux-mêmes. La bête, la télévision le fait pour eux ; ils obéissent à l’écran et à l’argent.

Les deux personnages se battent contre un monstre qui symbolise l’arme nucléaire. Sur le corps de ce monstre, des atomes tournent. Keith Haring était contre l’usage de l’arme nucléaire.

 

 


La symbolique de l’artiste:

 

Le bébé rayonnant. Il est dans un nuage, protégé par des anges. Les rayons représentent l’énergie du bébé. Ce bébé représente la vie, la joie et l’espoir pour le futur.

Quels sont les symboles utilisés par Keith Haring ?

Le serpent : le mal, l’homme à la tête de TV., les ciseaux humains qui ont le pouvoir de couper le mal, le bébé symbolise la vie et l’espoir, les anges, la dance : la vie, la joie, le dauphin en respect à la nature, le cœur : la vie, l’amour, le chien protecteur.

 

PRODUCTIONS DES ELEVES

Cliquer ici pour télécharger l'article en version PDF

 

 






Présentation du bateau "Le Malin"

 

Le Malin est un bâtiment de la Marine nationale française destiné à effectuer des missions de sauvegarde maritime.
Le Malin, alors appelé l’Apache, naviguait alors au large des Kerguelen, quand il est pris en flagrant délit de pêche illicite, notamment de légine. Le navire pirate est alors ramené à La Réunion.
Suite à une décision de justice de 2007, le bâtiment est confisqué au profit de la Marine nationale qui en fait un bâtiment de soutien pour plongeurs basé à Toulon avant d'être finalement transformé début 2011 en patrouilleur de haute mer aux chantiers de Concarneau.
Il a un équipage de 27 hommes et peut accueillir 31 personnes.

En 2014, il surveille les Îles Éparses de l'océan Indien et y intercepte les pêcheurs illégaux.

 

Récit - Questionnaire

 

  • Quatre marins du patrouilleur « le malin » sont venus nous voir au collège. En effet, le bateau est en escale pour quelques jours à Tuléar.

Ils ont commencé par présenter le bateau : il mesure 50 mètres. Il y a 25 marins sur ce bateau. Il est de couleur blanche pour être discret. Normalement, les bateaux de la marine sont gris. Parmi les marins, deux étaient mécaniciens, un manœuvrier et un était aux radars. Ils sont en mission à Madagascar pour surveiller les pêcheurs illégaux. Le bateau n’est pas blindé. Il est propulsé par un moteur diesel propulsé par une dynamo. On le dirige non pas avec une barre mais avec un joystick. Il y a aussi une mission diplomatique : venir dans les écoles, formation auprès des militaires. Ils étaient en tenue de marin.
Ensuite, nous avons pu leur poser une série de questions.

  1. Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?
    Pour découvrir de nouveaux pays, pour voyager.
  2. Quelles langues parlez-vous ?
    Le français et l’anglais car quand ils rencontrent un bateau étranger, ils communiquent en anglais.
  3. Avez-vous déjà rencontré des pirates ?
    Non.
  4. Qu’avez vu de plus extraordinaire sur l’eau ?
    Des dauphins, des baleines, le paysage est très beau quand la mer est calme : les levers et couchers du soleil.
  5. Que transportez-vous ?
    Du matériel et de la nourriture pour les îles du canal du Mozambique.
  6. Où stockez-vous votre cargaison ?
    Ils mettent la nourriture dans des frigidaires et des congélateurs. S’il ne faut pas tenir au froid, ils mettent tout dans des soutes. Tout est bien rangé.
  7. Que faites-vous quand il y a une tempête ou un cyclone ?
    Ils vont près de la côte pour qu’il y ait moins de houle car il y a moins d’eau. Ils accrochent tout à bord. Quand il y a un cyclone, ils partent en mer dans une zone où la mer est plus calme.
  8. Que faites-vous quand vous rencontrez d’autres bateaux ?
    Ils envoient une annexe plus rapide pour vérifier les cartes d’identité et vérifier également la cargaison. Ils peuvent éventuellement la confisquer ou donner des amendes.
  9. Dans tous les pays où vous êtes allées, lequel avez-vous préféré ?
     Madagascar.
  10. D’où venez-vous ? Un de la région parisienne mais originaire de la Réunion, un de Tahiti, un de Mayotte, un de Paris.
  11. Quels sont les dangers à bord ?
    Le premier danger à bord est le feu. Tous les marins sont pompiers. Avoir une voie d’eau est aussi un grand danger.
  12. Que faites-vous en mer ?
    Entretien des machines, navigation, les repas, formation continue : ils apprennent l’anglais.
  13. Quelle formation fait-on pour rentrer dans la marine ?
    On peut rentrer dans la marine sans avoir de diplôme, au niveau BAC ou brevet, sur dossier.  Ils font ensuite une spécialisation : mécanicien, cuisinier, infirmier, manœuvrier, sous-marinier, plongeur.
  14. Y a-t-il des femmes à bord ? Pas de femme mais ça peut arriver sur d’autres bateaux.
  15. Comment vous sentez vous à bord ?
    On se sent bien, mais des fois, on a le mal de mer.







Comparaison de calculs Français - Anglais - Malgache
Consignes avec le corps Français - Anglais - Malgache
Consignes écrites Français - Anglais - Malgache


NOTRE TRAJET


Le 18 mai 2015, notre classe de CM2 est partie à Saint-Augustin. Après avoir tous embarqué dans le Tata, nous sommes partis du collège à 10h55 ; le taxi brousse avait du retard…


On a quitté le Collège Français à Andaboly, puis on est passé à  Sans Fil, là où il y a la station de taxi brousse, puis  Andabizy, l’aéroport, Ankoroga, on a alors quitté la route de Tana pour tourner à droite vers Ankilibe, on est passé devant le restaurant la Marmitte, puis chez Alain qui maintenant héberge l’entreprise IOT (Indian Ocean Trepong), la grotte sacrée de Sarodrano, on a laissé les moringas à gauche,et on a pris la grosse montée avec la vue sur la mer et Sarodrano. Puis on est descendu vers Saint-Augustin et l’Onilahy. Enfin, nous sommes arrivés chez Espérance.

on a laissé les moringas à gauche,et on a pris la grosse montée avec la vue sur la mer et Sarodrano. Puis on est descendu vers Saint-Augustin et l’Onilahy. Enfin, nous sommes arrivés chez Espérance.

Puis c’est là que le voyage s’est compliqué. Nous avons commencé la montée vers Saint-Augustin. Certains ont eu peur parce que la montée était très raide. Arrivés là haut, nous avons pris une photo de classe puis sommes redescendus vers Saint-Augustin.

Après la descente, nous avons du traverser le village pour arriver au Paradis d’Espérance.



Le mercredi, on a dit en revoir à Mme Espérance et on a quitté Saint-Augustin à 15 heures pour nous rendre à Tuléar. La voiture a pris la route de la montagne. Sur la route, tout le monde chantait et rigolait. La route zigzaguait comme un serpent. On est arrivé à Ankilibe. Sur la route, on s’est fait controler par des policiers qui avaient fait des barrages. Enfin on est arrivés au collège de Tuléar à 17 heures.

CHEZ ESPERANCE

 


 

LA SOURCE

Le premier jour, nous sommes allés à un endroit qu’on appelle la source, « lohan’rano ». On a longé les falaises, c’était un peu dur de marcher mais en même temps amusant.

 

 

Le trajet a duré environ une heure et demi. En arrivant, tout le monde était fou de joie.

On s’est tout de suite mis en maillot de bain ! Tout le monde s’est bien amusé à la source. On a même pu mettre des masques de plongée et regarder sous l’eau. On a vu des poissons, des petits œufs à la surface de l’eau. Il y avait aussi des algues qui ressemblaient à des cheveux et on a pu faire des blagues.                       

Des élèves avec monsieur Jean-Pierre sont allés voir près de la source, il y avait des milliers de crabe tout petits qui grouillaient les uns sur les autres. Monsieur Colin a donné un cours de natation à certains qui en avaient besoin.


Quand on a eu eu faim, nous sommes tous montés prendre le déjeuner. Madame Espérance avait apporté notre repas en pirogue. Nous  avons mangé du riz safrané avec du poulet.

On a digéré, on s’est préparé et puis on est rentré. Sur le trajet, on a vu des têtards.

Un a failli sauter sur Amatoullah !

Les garçons étaient en avance et les filles loin derrière. En arrivant au village, pendant le coucher du soleil, on a vu des parapentistes au-dessus des falaises de Barns.

 

A SARODRANO


Comme prévu, le deuxième jour, nous sommes allés à Sarodrano. 

On s’est réveillé à sept heures et on est allé prendre le petit déjeuner : des crêpes au miel, au sucre et à la confiture avec du thé.






On a marché une heure et demi pour arriver à l’hôtel Eden. Pour cela, on a escaladé et traversé la falaise de Barns avec deux guides qui nous ont expliqué beaucoup de choses sur la flore de la région. Arrivés au restaurant Eden, on s’est baladé sur le platier et on a vu pleins d’espèces de coraux, des anémones de mer et des crustacées.

 

 

L’heure du repas était arrivée. On a mangé des pizzas, des brochettes au poisson et à la viande avec du riz créole et pour le dessert, on a eu une crêpe avec de la salade de fruit.

Après le repas, on a joué au trampoline et on s’est bien baigné juste en face. C’était bien amusant. Enfin, puis on a du rentrer et on a fait une étape pour trouver des cristaux de roche.

On est arrivé à 18 heures chez Espérance, juste avant le coucher du soleil. Contents mais fatigués ! Heureusement, Espérance nous avait préparé des spaghettis aux crevettes !


BALADE SUR LE PLATIER

 

Quand on s’est promené sur le platier, on a vu, en vrac : des crabes, un concombre de mer, une ophiure, un oursin, des pierres colorées, un platax, des grottes avec une source, et, plus loin,  la barrière de corail.

On s’est baigné et certains se sont trempés dans la source. Quand on rentré, sur le chemin, Klark et Ronald ont trouvé un poisson. Après l’avoir attrapé, ils l’ont remis à l’eau. Enfin, on est allé manger au restaurant Eden.

 

                                                                                                


L’oursin fait partie de la grande famille des échinodermes. Il a un corps mou protégé par une sorte de coquille épineuse. Sa bouche se trouve en bas du corps et il possède 5 dents avec lesquelles il arrache et mastique les algues.

Le platax est un poisson en forme de feuille. Son nom scientifique est platax orbicularis.

 

Le crabe fait partie de la grande famille des crustacées, comme la cigale, les crevettes. Il a 8 pattes et 2 pinces. Il possède un squelette en forme d’armure rigide. Il a des membres articulés. Pour se développer, le crabe se défait de sa coquille périodiquement. Une fois débarrassé de sa coquille, l’animal augmente rapidement de taille avant que sa nouvelle coquille encore molle durcisse.

 







(*) Cliquer la date pour développer ou réduire le compte rendu de chaque rubrique

 

 

Contactez-nous | ©2010 Collège Etienne de Flacourt | Dernière mise à jour : 15 Sep 2017 14:09:34.